Textifood : Baobab, agrumes ou café, les tendances mode de l’année

Textifood : Baobab, agrumes ou café, les tendances mode de l’année

Prenant appui sur le thème de l’Exposition Universelle « Nourrir la Planète, énergie pour la vie », le collectif lille3000 s’installe à L’Institut Français, au cœur du Palazzo delle Stelline (Corso Magenta 61, MM Cadorna) pour présenter sa dernière exposition révolutionnaire. Textifood met en scène la rencontre des produits de l’alimentation avec l’industrie textile. Nous avons eu l’opportunité de rencontrer Caroline David, commissaire de l’exposition, pour lui poser nos questions.

Tout d’abord la question que tout le monde se pose : les vêtements présentés sont-ils comestibles ? 

Nous utilisons une partie qui est impropre à la consommation alimentaire, des matières dont on ne faisait rien. En Asie par exemple, on brûle des hectares de paille de riz qu’on pense inutile. Les personnes qui travaillent avec nous sont un peu ingénieurs, un peu chercheurs pour trouver des solutions. Cela représente vraiment un changement de mentalité. Les matières poubelles comme le marc de café deviennent presque nobles, parce qu’on peut en faire quelque chose de beau.

Comment est née l’idée d’un pont entre industrie textile et industrie alimentaire ?

Je connais bien le secteur du textile et je m’étais rendue compte qu’on frôlait tout le temps l’alimentaire. Il n’y a pas de concurrence : par exemple pour le lotus, une partie se mange, la graine, et une partie se tisse, la fibre dans la tige. Et il y a encore à mon avis énormément de possibilités. C’est pour ça que j’ai trouvé intéressant de créer Textifood en parallèle avec le thème de l’EXPO. 

Graines, fleur et fibre de lotus

Comment se passe le processus de fabrication ?

À partir du moment où on obtient une poudre, comme le marc de café, il suffit d’ajouter un liant. Ce liant est artificiel, comme la cellulose faite à partir de la pulpe de bois. On la mélange avec un élément chimique, la soude, et on crée ainsi un magma à partir duquel on génère des granulés. En les étirant à haute température, on obtient un fil. Finalement, on peut faire du textile avec presque tout !

Peut-on déjà acheter ces vêtements incroyables que vous nous présentez ?

L’idée ici est surtout de montrer le processus et créer une réflexion sur le sujet. Certaines matières comme le Scafé, créé à partir du marc de café, sont presque courantes maintenant dans l’industrie textile. Le problème actuellement, c’est que les synthétiques (fibres dérivées du pétrole), malgré leurs propriétés intéressantes, ne sont ni recyclables ni durables. Les artificielles sont donc une alternative intéressante.

Quel est l’impact écologique de ces vêtements créés à partir de matières alimentaires ?

Dans le cas du Scafé, on récupère les millions de tonnes de marc de café d’entreprises comme Starbucks, qui seraient brûlés. Et beaucoup d’entreprises utilisent déjà le Scafé, comme Adidas ou Quiksilver.

Pourquoi est-ce qu’on ne le sait pas?

La communication sur le sujet est récente et puis, sans parler des problèmes de propriété industrielle, il y a cette idée récurrente du « vivons heureux, vivons cachés ». Imaginez qu’on vous présente un vêtement fait de café, ou encore d’écailles de poissons ! Le premier réflexe des gens est de sentir le vêtement, alors qu’il n’y a aucun risque après transformation qu’une odeur de poisson soit restée. C’est difficile à communiquer.

Courrez donc vous nourrir des dernières innovations textiles, l’exposition dure jusqu’au 14 juillet.

PS : Si vous passez par le cloître vous ressortirez en prime enivrés par la brume florale que le parfumeur Francis Kurkdjian a composée spécialement pour l’occasion.

Breathing flowers, Choi Jeong Hwa
All Articles
22 December 2016 Finalmente è Natale...Beato chi resta a Milano!

Tantissimi eventi in programma per allietare le vacanze e scoprire come è #BellaMilano!

 
Il pane della comunità 14 December 2016 Il pane della comunità

La ricetta è quella rigorosa del disciplinare della Camera di Commercio di Milano: materie prima selezionate, tempi di lievitazione lentissimi, tanta passione e pazienza. Un insolito punto di vista sul panettone milanese espresso da un panificatore artigianale, che definisce il dolce tipico del Natale come “pane ricco”.

10 December 2016 Brividi a Milano con Noir in Festival!

Approda a Milano Noir in Festival, l'appuntamento con il cinema noir che da venticinque anni tingeva di giallo le bianche valli di Courmayeur.

Diretto da Giorgio Gosetti e Marina Fabbri, il Festival sarà nelle sale milanesi dall'11 al 14 dicembre, dopo una prima tappa a Como.

7 December 2016 Donatella Brunazzi - Museo Teatrale alla Scala

A Parigi, nel  1911 i più importanti esponenti del mondo della cultura artistica e musicale milanese si unirono, sostenuti dal Governo e dal re Vittorio Emanuele III, con lo scopo di aggiudicarsi all'asta un lotto di cimeli musicali e teatrali di straordinario valore messi all'asta dall'antiquario Sambon. Tra loro vi erano figure illustri: il duca Uberto Visconti di Modrone Presidente del Teatro alla Scala, Giacomo Puccini, Umberto Giordano, Arrigo Boito, Ettore Modigliani, il tenore Enrico Caruso, gli editori Ricordi e Sonzogno. Grazie al loro impegno  e a questa prima acquisizione venne istituito il Museo Teatrale alla Scala, inaugurato nel  1913.

Dal 1 gennaio 2016 Donatella è la Direttrice del Museo Teatrale, le radici della sua vita professionale sono profondamente legate a due ambiti dell'eccellenza culturale milanese, apparentemente distinti ma in realtà molto vicini tra loro: la moda e il teatro.

Camera di Commercio

Camera di Commercio Industria Artigianato e Agricoltura di Milano.
Tutti i diritti riservati.